Corossol ou graviola, une plante destructrice de cancer

Corossol ou graviola, une plante destructrice de cancer :

Le graviola (corossol) ?

Le graviola ou corossol est une plante que l’on retrouve énormément sous les climats tropicaux, une multitude de laboratoires cherchent en vains depuis des années à brevetés les molécules actives contres les cellules cancérigènes.

Pendant ce temps, vous pouvez toujours vous en procurer et vous soignez, pas besoin de brevet ou de permis pour cela, vous cueillez quelques feuilles, et vous les infuser, les fruits de cet arbre sont aussi comestibles ainsi bénéficier ce ces vertus anti-cancer.

L’action des molécules actives contre nos cellules cancérigènes :

les acétogénines sont une combinaison d’acides gras de longue chaine (C33 ou C34) qui vont inhibés le fonctionnement du réseau de transport énergétique de la cellule cancérigènes en effet en agissant sur les membranes plasmiques de celle-ci, la cellule cancérigène va dépérir et ainsi être atteint profondément ce qui a pour effet d’empêcher la mitose (réplication de la cellule) et d’ aboutir enfin à l’apoptose de la cellule (mort de la cellule).

Bien évidemment les acétogénines cible les cellules cancéreuses, de part leurs natures électriques (polarité inversé entre cellule saine et cellule cancérogène) totalement différentes.

Plus en détails :

les acétogénines sont inhibiteurs du complexe I de la chaîne de phosphorylation oxydative qui bloque la formation de ATP,

je vous explique le complexe I est un élément clé dans la chaîne respiratoire mitochondriale, son altération entraine l’apoptose cellulaire certaine, L’ATP étant le phénomène de biosynthèse par phosphorylation.

Il faut savoir que la cellule cancérigène a besoin d’ énergie pour se mettre en fonctionnement par P-glycoprotéine, ce qui lui permet de se maintenir active, c’ est précisément cette dynamique que l’on détruit.
Les acétogénines inhibent également l’ubiquinone oxydase, enzyme dépendante du NADH qui est propre à la membrane plasmatique de la cellule cancéreuse et qui sert au transfert énergétique de la cellule.

Se ravitailler :

Se procurer du graviola ou corossol (feuille, fruit) n’est pas chose aisée, en effet je suis incapable de vous fournir le nom d’une marque, le mieux serait de se fournir à la source, il est évident que c’est plus facile à dire qu’à faire.

Témoignage :

A l’heure actuel je ne possède pas à ma disposition des témoignage complet sur l’utilisation de cette plante, je m’explique je suis en perpétuelle recherche de témoignage précis avec des données, des éléments concrets.

J’aimerais vous dire que ce traitement est une réponse à la auteur de vos doutes, malheureusement sans retours d’expériences la seul chose que je puis avancer c’est que ces études sont très prometteuse et j’espère que je pourrais très prochainement mettre à jour ce contenu avec des source de témoignage.

Source :

Il n’est pas facile de vous fournir des liens, car il se modifie constamment, je peux en revanche vous fournir des mots clés, ainsi vous pourrez effectuer vos propres recherches.

-Université de Purdue à Lafayette (États-Unis)

Quelques photos :

-Grviola ou Corossol (fruit)

corossole

-Le corossolier (L’arbre du corossol)

corossolier2

Sources:

-Université de Purdue 

Rapport

acétogénines : Molécule active contre les cellules dites cancérogène présentes dans les fruits dit Annonaceae

complexe I : Chaîne de transport d’électrons.

phosphorylation : Addition d’un groupe phosphate (un phosphoryl PO32- plus précisément) qui est transféré à une protéine ou à une petite molécule, telle le glucose ou l’adénine.

ATP : L’ATP est un nucléotique, c’est à dire une molécule formée par un sucre à 5 atomes de carbone, le désoxyribose, une base azotée, l’adénine, et une chaîne de trois acides phosphoriques.

NADH : Le nicotinamide adénine dinucléotide, ou NAD, est une coenzyme d’oxydoréduction présente dans toutes les cellules vivantes. Le composé est un dinucléotide, puisqu’il est composé de deux nucléotides liés par leurs groupes phosphate. Un des nucléotides contient une adénine tandis que l’autre contient un nicotinamide. Dans le métabolisme, le NAD+ est impliqué dans les réactions redox en transportant des électrons. Cette coenzyme est présente sous deux formes dans la cellule. NAD+ est un agent d’oxydation et NADH est un agent de réduction.

NAD+ + H+ + 2 e → NADH

Le transfert d’électrons est la principale fonction du NADH. La biosynthese du NAD+ s’effectue au sein même du noyau cellulaire, à partir du nicotamide mono nucléotide (NMN)

ubiquinone : Une ubiquinone est une molécule appartenant à une famille de composés qui se distinguent par leur nombre n d’unités terpéniques — n typiquement compris entre 6 et 10 — présents chez tous les êtres vivants et jouant le rôle de transport d’électrons dans la chaîne respiratoire.